Yoga et végétarisme : est-ce obligatoire ?

On peut observer que de nombreux yogis en Inde préconisent avec force que les pratiquants ne prennent que des aliments végétariens, selon le principe d’Ahimsa (non violence) qui s’applique à toute forme de vie sensible, humains comme animaux.

Les Yogis considèrent que l’adoption volontaire d’un régime végétarien implique un acte moral qui renforce le contrôle sur soi dans un premier temps, puis sur son environnement.

Yoga et végétarisme : est-ce obligatoire pour le pratiquant ?

Voir les autres publications sur le yoga

Cette nécessité d’exercer un contrôle sur soi ne se pose que dans le cas des non-végétariens de naissance et non dans celui des végétariens de naissance. Par conséquent, les végétariens peuvent plus facilement pratiquer le yoga sans exercer de contrôle sur eux-mêmes, alors que de nombreux non-végétariens hésitent à pratiquer le yoga tant qu’ils continuent à manger des aliments non-végétariens (et le plus souvent issus des produits laitiers).

Dans le passé, le végétarisme a évolué en tant que philosophie indienne basée uniquement sur le principe d’Ahimsa, qui est l’un des principes du Raja Yoga. Ainsi, le végétarisme ne devient pas un simple principe diététique mais une doctrine religieuse.

De nombreux non-végétariens hésitent à pratiquer le yoga, pensant qu’un régime non-végétarien associé à la pratique du yoga nuirait à leur santé. Il n’existe aucune preuve scientifique à cet égard. Il est toujours conseillé au pratiquant du yoga d’être modéré en tout. La Bhagavad Gita déclare :

 » Le yoga n’est pas possible pour celui qui mange trop ou pour celui qui s’abstient trop de manger ; il n’est pas possible pour celui qui dort trop ou trop peu. Pour celui qui est modéré dans l’alimentation et les loisirs, tempéré dans ses actions, qui est régulé dans le sommeil et l’éveil. « 

Ce n’est donc pas le type de nourriture que l’on prend, mais la manière et l’attitude avec laquelle on la prend qui sont d’une importance capitale. Cependant, il convient de souligner que le praticien du yoga doit toujours avoir un contrôle adéquat sur ses habitudes alimentaires. N’oubliez pas non plus que nous mangeons pour vivre et non pas vivre pour manger.

Retour haut de page